Journée sur l'intelligence artificielle

19 novembre 2018

L’EBD a organisé le 19 novembre dernier une Journée sur l’Intelligence Artificielle. Retour sur cette journée animée par Claude Aschenbrenner

L'IA objet de tous les fantasmes, suscite des réactions controversées, de la peur à l’engouement. Entre la vision d’un monde dominé par les robots où toute pensée critique serait abolie et celle d’un monde idéal où l’homme serait déchargé de toutes les tâches fastidieuses, la réalité est sans doute plus nuancée.
L’objectif de cette journée était de démystifier l’IA et de réfléchir à ses enjeux et ses impacts sur nos métiers. Car l’IA n’est pas un mythe, ce n’est ni un rêve ni un enfer et le mieux est de s’y préparer.
Claude Aschenbrenner, consultant en management visuel et management des connaissances animait cette journée.
Il relève un des paradoxes relatifs à l'IA : La compréhension du sujet inversement proportionnelle au battage médiatique. La profusion d'articles suscite une pensée magique dénuée de toute réalité.Son discours va s'employer à fustiger cette pensée magique. Il rappelle qu'une prédiction doit toujours être écrite au conditionnel, jamais au futur, encore moins au présent et que les algorithmes sont,comme tout algorithme, stupides et ne simulent que les premières centaines de millisecondes du traitement cognitif.
Enfin le monde de l'IA est un monde de laboratoire, un monde fermé  dont le flou est banni.
Ces principes énoncés, il montre qu'effectivement l'IA s'appuie sur des algorithmes (dont certains de deep learning) et sur le RPA (Robotic Processus Automation). Cela amplifie le besoin de données issues du monde réel, structurées, nettoyées qui alimenteront l'application d'IA. C'est peut être par ce biais que nos métiers matures par rapport à l'information,  traitement et structuration, apprivoiseront les applications de l'IA.